De nos jours, il est possible de consommer du cannabis avec des cigarettes électroniques. Le principe de fonctionnement se révèle à peu près similaire que celui d’un vapoteur à la nicotine. La seule différence réside dans la composition.  Le cannabidiol et la vapote constituent actuellement le tandem gagnant pour les consommateurs de marijuana. Mais ce procédé est-il vraiment moins nocif rapport à la démarche traditionnelle ? Que retrouve-t-on dans les produits ?

Peut-on utiliser le THC et le CBD dans une cigarette électronique ?

Les cigarettes électroniques fonctionnent en chauffant des substances, le plus souvent de la nicotine liquide, mais aussi des fleurs de marijuana ou des composés en suspension dans les huiles, en aérosols qui peuvent être inhalés. Bien qu’il soit une source de débat, ce processus est considéré comme plus sain que le tabagisme traditionnel, car la combustion de substances telles que le tabac ou la marijuana crée des sous-produits qui peuvent nuire aux poumons et à la santé globale. Une poignée d’études sur le vapotage de cannabis ont suggéré que l’utilisation de cigarettes électroniques est moins nocive pour les poumons que de fumer de la marijuana.

Le tétrahydrocannabinol THC et le cannabidiol CBD sont solubles dans le propylène glycol, et la glycérine végétale donc un concentré tel que le BHO (Butane Honey Oil) devrait se dissoudre dans un e-liquide basique.

Dans la cigarette électronique, on remplace donc la nicotine par le CBD. Mais attention le tétrahydrocannabinol ne doit pas être inclus dans la mixture, car c’est un produit prohibé dans l’Hexagone.

Contrairement au THC, le CBD n’est pas psychoactif. Il ne peut pas causer les effets mentaux indésirables associés au THC, comme la paranoïa, l’anxiété et les problèmes de mémoire. Au contraire, certaines recherches suggèrent qu’il peut naturellement protéger contre l’effet high de la marijuana.

Le CBD peut-être inhalé entre rapidement dans la circulation sanguine par les poumons, sans passé par le système digestif. Pour ce motif, la « vaporisation » se présente comme une manière populaire d’employer le CBD. En effet, le vaporisateur représente depuis peu un mode de consommation du cannabis.

Quels sont les bénéfices potentiels du CBD ?

Avant toute chose, les experts estiment que cette substance ne doit pas être employée comme une alternative au traitement par un professionnel médical. Si vous voulez inclure le CBD dans votre mode de gestion de la santé ou de traitement, parlez-en à votre médecin avant de passer à l’acte.

Une huile de graine de chanvre composée de CBD sur ordonnance est considérée comme un médicament anti-convulsif efficace. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les autres avantages et la sécurité du CBD.

De nombreux individus affirment que les produits CBD les a aidés à réduire les crises même lorsque rien d’autre ne fonctionnait. Les recherches les confirment : Le CBD peut aider à diminuer les périodes de convulsions chez les personnes épileptiques qui ne réagissent plus aux médicaments. Mais ce traitement reste actuellement limité aux seuls patients présentant le syndrome de Lennox-Gastaut et le syndrome de Dravet.

Selon certains chercheurs, le CBD serait bénéfique dans une variété de conditions inflammatoires et de douleurs associées. Il agit sur les récepteurs cannabinoïdes de l’organisme, qui à leur tour régulent l’inflammation, équilibrent le système immunitaire et protègent du stress oxydatif.

Le système immunitaire humain dispose de récepteurs pour les cannabinoïdes qu’il produit lui-même, de même que pour ceux qu’il ingère. Certains scientifiques estiment que ce mécanisme interne des cannabinoïdes peut se dérégler en cas de troubles auto-immuns et d’inflammation.

Certaines études suggèrent que la CDB pourrait protéger les cellules du cerveau contre les dommages. Dans une étude sur les cellules, les neurones exposés au CBD ont subi moins de dommages causés par les substances toxiques et le stress oxydatif, qui sont responsables d’une grande partie de la destruction causée par les accidents vasculaires cérébraux et d’autres formes de dommages au cerveau. Cette première recherche devrait bientôt être suivie par des analyses sur des animaux et, éventuellement, sur des humains pour explorer davantage ce bénéfice.

Quels sont les effets négatifs éventuels ?

Cependant les chercheurs ont remarqué que depuis que des fumeurs utilisent le tétrahydrocannabinol et le cannabidiol dans leurs vapoteurs, il y a une recrudescence de maladies pulmonaires. Ils supposent donc que cela est dû à l’inhalation de ses produits. Cependant, il est probable que le traitement du THC, plutôt que du composé lui-même, soit la cause de problèmes pulmonaires récents, d’après les chercheurs en vapotage. Pour obtenir un liquide pour le vapoteur, le THC se retrouve en suspension avec une préparation d’huile. La solution d’huile contient généralement un certain nombre d’autres produits chimiques qui modifient la saveur ou la concentration de la mixture. Les consommateurs chauffent et ingèrent alors le produit finalement créé. En général, ce n’est pas le THC lui-même qui présente des problèmes pour le corps. Le souci principal réside plutôt dans la manière dont cette substance est combinée à d’autres ingrédients.

Comme le processus de réglementation des huiles de vape n’est pas encore entièrement réglementé, on à peine à savoir quelles substances chimiques ont été introduites, et même si ce qui figure sur l’étiquette est exact. Les organismes concernés, par exemple, ont lancé diverses mises en garde contre les sociétés qui font des déclarations erronées sur le contenu des préparations contenant de la CDB, l’autre élément indissociable de la marijuana.

Pour être sûr de ces hypothèses, i qu’est-ce que tu fais l’est important de réaliser plus de recherche sur la dangerosité pour la santé du papotage du cannabidiol. Mais ce dont on est sûr, produit peut amener à la somnolence. Il peut être également dangereux pour les personnes qui ont des défenses immunitaires affaiblies comme les porteurs du VIH. Il faut aussi surveiller les interactions avec les autres médicaments.

Faut-il donc utiliser la cigarette électronique au cannabidiol ?

On sait très bien ce que ce qui est nocif dans le cannabis c’est le THC. Et bien sûr le fait que la plante est roulée et fumée dans un papier. Si vous posez cette question un médecin il vous reprendra mieux vaut utiliser la cigarette électronique que la méthode classique. Mais ce conseil est valable pour les grands fumeurs et ceux qui veulent réduire leur consommation. Mais comme on l’a expliqué ci-dessus, on ne peut pas encore affirmer de nos jours que le CBD contenu dans une cigarette électronique est bénéfique à 100 % pour la santé. Mais pour l’instant, les autorités compétentes ne se prononcent pas entièrement à ce sujet.

Un avis mitigé

Consommer donc de l’huile de CBD dans une cigarette électronique présente des avantages. Ils ne dégagent pas de fumée puante, ne provoquent pas de mauvaise haleine, ni ne propagent les mégots. À première vue, les cigarettes électroniques, également appelées vaporisateurs, sont le rêve de nombreux fumeurs. De plus il présente certains atouts pour la santé comme la lutte contre l’épilepsie et le déséquilibre du système immunitaire. Contrairement à la version papier, qui brûle par combustion, le modèle fonctionne sur la base de la vaporisation. L’appareil contient un liquide qui, lorsqu’il est chauffé, génère la vapeur aspirée et expirée par l’utilisateur. Selon les fabricants, ce serait la raison pour laquelle l’électronique est moins nocive que les traditionnelles. Mais il y a controverse. Et la communauté médicale voit avec inquiétude la vulgarisation de cette nouvelle façon de fumer.