Bienvenue dans le monde du vapotage ! Dans cet article, on souhaite vous montrer où se situent les différences, afin de faciliter le choix de votre premier appareil.

E-cigarette : comment fonctionne-t-elle ?

Liquide, ouate, fil et électricité. Ces quatre ingrédients sont présents dans presque tous les appareils. Séparés en un porte-batterie et un vaporisateur, ces deux éléments remplissent les fonctions suivantes :

  • Vaporisateur : responsable de la vaporisation du liquide. Le vaporisateur détermine généralement la “sensation” de la vapeur, la quantité possible de vapeur et la puissance nécessaire pour le faire fonctionner.
  • Porte-batterie : le porte-batterie fonctionne dans l’ensemble exclusivement comme un fournisseur d’énergie pour le processus de vaporisation. Grâce au connecteur 510 standardisé, la plupart sont compatibles avec à peu près tous les vaporisateurs.

Quelles sont les différences entre les appareils ?

Fondamentalement, nous distinguons tous les appareils en “régulés” ou “réglables”.

Réglementé

L’appareil est doté d’un bouton unique ou non (capteur de vide). Les appareils réglementés peuvent être utilisés sans qu’il soit nécessaire de procéder à des réglages particuliers. En termes de manipulation, ce sont les plus faciles à utiliser.

Réglable

L’appareil est doté d’un écran, d’un bouton d’allumage et d’un bouton plus et moins.

Avec les appareils réglables, il est obligatoire d’adapter la puissance réglée à la bobine utilisée. Mais vous êtes également plus flexible en termes de quantité, de température, d’intensité du goût et de quantité de nicotine (si elle est contenue dans le liquide) de la vapeur.

Comment se sentent les e-cigarettes ? Différence MTL (de la bouche au poumon ou vapotage traditionnel)

En général, on distingue également les appareils par Bouche-à-Poumon ou Poumon Direct. Les deux variantes sont disponibles en version régulée et en version réglable.

La différence est relativement facile à expliquer. En bref, la MTL est similaire à une cigarette de tabac en termes de tirage. DL ressemble plus à un tuyau d’eau.

Le MTL ne doit pas automatiquement être la bonne solution pour le fumeur. Si vous avez l’occasion de visiter un magasin, cela peut être avantageux. Dans les magasins, vous pouvez essayer certains appareils sur place et obtenir un conseil compétent et honnête.

MTL : de nombreux fumeurs aiment attirer la fumée d’abord dans la joue, puis vers les poumons. Grâce au flux d’air très strict, donc plutôt restrictif, à travers le vaporisateur, vous avez la bouche, comme une vraie cigarette, pas immédiatement “pleine”, mais vous pouvez tirer tranquillement des bouffées dans les joues et ensuite faire descendre la vapeur dans les poumons.

Outre la résistance au tirage, les vaporisateurs MTL ont généralement une résistance électrique très élevée. Cela peut présenter l’avantage que la consommation d’énergie et la quantité de vapeur sont plutôt faibles, c’est-à-dire que la batterie dure relativement longtemps par rapport à la taille de l’appareil et que vous ne vous faites pas remarquer en public par de gros nuages. Si l’on est tributaire de la plus longue autonomie possible et d’une faible consommation de liquide, la MTL est une excellente option.

DL : vaporisation directe par les poumons ou Sous Ohm

Comme leur nom l’indique, les dispositifs DL sont conçus pour dessiner directement sur les poumons.

Ces derniers se caractérisent notamment par la plupart, par un flux d’air multiple et plus ouvert du vaporisateur. On peut donc les “souffler” plus mal que bien dans les mâchoires, mais les tirer directement dans les poumons. En général, les bobines des vaporisateurs DL ont une résistance électrique assez faible, c’est-à-dire que la consommation d’énergie et de liquide est beaucoup plus élevée par rapport aux MTL. Un avantage apprécié par beaucoup est le développement d’une saveur plus intense que vous obtenez grâce à une performance plus élevée, plus d’air et une vapeur plus dense.

La mise en service initiale

Préparation

La première chose à faire est de déballer votre appareil. Bien entendu, il est préférable de préparer tous les accessoires fournis avec l’appareil. Les piles et votre liquide doivent bien sûr aussi être à portée de main.

Maintenant vous séparez le vaporisateur du support de batterie, si ce n’est pas déjà fait. Cela est possible avec 90ler les dispositifs possibles. Si ce n’est pas le cas du vôtre, vous laissez l’appareil dans son intégralité.

Évaporateur

Vous trouverez dans le manuel ci-joint comment dévisser le vaporisateur et insérer la bobine. S’il y a déjà une bobine dans le vaporisateur, dévissez-la quand même et regardez attentivement la bobine insérée, car avec les appareils réglables, vous devez absolument vous rappeler pour quelle gamme de puissance la bobine est conçue. Habituellement, un serpentin est déjà installé dans le vaporisateur fermé, sinon vous le faites maintenant.

Avec un appareil réglable, vous ne devez jamais dépasser la puissance maximale du serpentin, sinon le fil chauffant commencera à briller et la ouate du serpentin se cokéfiera.

Avec les appareils régulés, vous n’avez pas nécessairement à le faire, car ils s’ajustent correctement. Cependant, il est parfois bon de le savoir, car vous pouvez distinguer les bobines les unes des autres par la résistance et la gamme de puissance.

Porte-batterie

Si le porte-batterie est équipé de batteries intégrées, assurez-vous qu’il est éteint. Sinon, vous intégrez vos piles dans l’appareil et vous vous assurez également qu’il est éteint. Le sens dans lequel vous devez insérer les piles est toujours indiqué sur ou à l’intérieur de l’appareil.

Mise en service

Si la bobine est au bon endroit et que le support de batterie est enlevé, vous pouvez maintenant visser le vaporisateur et le support de batterie ensemble.

Il faut attendre cinq minutes après le remplissage, afin que la laine de coton dans le serpentin puisse aspirer bien et plein. Si vous ne le faites pas, il vous brûlera au premier tirage, ce qui entraînera le remplacement de la bobine encore neuve, car sinon vous aurez un arrière-goût de brûlé tout au long de l’utilisation, ce qui rendra la vapeur désagréable.

Au bout de cinq minutes, vous allumez votre appareil et réglez la puissance minimale (nombre de watts) que vous avez lue précédemment sur la bobine.

Si vous ne pouvez régler que les degrés Celsius à la mise en marche, vous n’êtes pas dans le bon mode. Vous avez besoin du mode Watt, appelé aussi, selon le fabricant, mode VW ou mode Power. Vous trouverez la manière de le modifier dans le mode d’emploi ci-joint.

Si vous n’utilisez pas votre appareil, il doit toujours être éteint. Si vous appuyez accidentellement sur le bouton d’allumage et que vous ne tirez pas sur votre appareil, vous ne refroidirez pas le fil chauffant et le serpentin vous brûlera.

Que faut-il savoir sur la nicotine ?

Comme il s’agit d’un sujet plus vaste, on le divise en plusieurs domaines :

Le facteur de dépendance qu’est la nicotine

La nicotine est, sans surprise, citée par la plupart des gens comme l’une des principales raisons pour lesquelles ils n’arrivent pas à se passer des cigarettes.

Après de nombreuses années d’expérience, on peut conclure que cela n’est vraiment vrai que pour un très petit nombre de personnes. Le plus grand facteur de dépendance pour la plupart des fumeurs est l’occupation, le temps de transition, l’aspect social de la pause cigarette commune et de nombreux rituels tels que le café et la cigarette le matin ou la clope obligatoire après le dîner.

Pourquoi commencent-ils généralement par la nicotine de toute façon ?

La nicotine peut provoquer une sorte de “grattement”, également appelé “coup de gorge” ou simplement “coup”, dans la gorge, qui ressemble davantage à la sensation familière d’une cigarette de tabac que le vapotage sans nicotine. Heureusement, la nicotine est l’un des moindres maux, de ce point de vue, elle peut certainement aider et est initialement recommandée comme telle. Bien sûr, il fonctionne ici aussi de manière similaire aux cigarettes, mais l’ensemble des additifs que l’on ajoute au tabac étant par ailleurs complètement omis, la nocivité est comparable à celle de la caféine d’une tasse de café.

À quoi devons-nous faire attention ?

Beaucoup de vapeur égale beaucoup de nicotine, quelle que soit la concentration contenue dans le liquide.

Moins de vapeur égale moins de nicotine, quelle que soit la concentration contenue dans le liquide.

Les dispositifs MTL sont plutôt conçus pour des quantités de nicotine plus élevées, car ils produisent comparativement peu de vapeur. On recommande pour les nouveaux venus qui veulent commencer avec un dispositif MTL entre 6 à 12 mg de nicotine.

Les dispositifs DL ont tendance à être conçus pour des niveaux de nicotine plus faibles, car ils produisent comparativement beaucoup, voire très beaucoup de vapeur.

On recommande entre 3 et 6 mg de nicotine pour les nouveaux venus qui veulent commencer avec un dispositif DL.

Pourquoi ne peut-on pas obtenir un liquide dans n’importe quelle concentration ?

Actuellement, les mêmes lois s’appliquent aux liquides en Suisse et dans l’UE. La directive européenne sur les produits du tabac TPD2 stipule que les liquides contenant de la nicotine peuvent être vendus dans des bouteilles de 10 millilitres maximum.

C’est pourquoi les liquides d’une taille supérieure à 10 ml, appelés liquides shortfill, ne peuvent être mélangés à de la nicotine que dans les conditions suivantes.

Shortfill : qu’est-ce que c’est ?

Un liquide à remplissage court est un liquide qui doit être rempli de base (liquide insipide) pour pouvoir étuver le mélange fini à l’intensité de saveur souhaitée par le fabricant. La plupart des boutiques d’e-cigarettes proposent des shots prêts à l’emploi pour obtenir la quantité de nicotine souhaitée sans calcul. Les liquides à court terme peuvent également être remplis avec des bases liquides disponibles dans le commerce.

Shortfill : avec de la nicotine ?

Comme les shots prêts à l’emploi sont limités à 20 mg/ml de nicotine, les shortfills avec les shots prêts à l’emploi ne peuvent souvent être enrichis que de 0 mg à 3 mg ou 6 mg de nicotine /ml. Il est toutefois permis de commander à l’étranger des bases nicotiniques plus concentrées (max. 150ml par commande).

Quelle base de nicotine ?

On recommande de commander une base de 100 mg/ml, dissoute dans du PG à 100 %, afin que vous puissiez mélanger n’importe quel liquide à presque n’importe quelle force sans trop le diluer.

Il est également judicieux d’acheter un demi-litre de base neutre, car vous utilisez généralement moins de 10ml / 20ml de la base 100 mg/ml et n’obtenez donc pas la quantité recommandée par le fabricant.

Questions fréquemment posées

Quand doit-on remplacer la bobine par une nouvelle ?

C’est très simple : tant que vous aimez le goût de la vapeur, laissez le serpentin en place.

Que se passe-t-il exactement lorsqu’on règle les watts sur l’appareil ?

En ce qui concerne les watts, nous réglons l’ampérage qui est dirigé en appuyant sur un bouton, depuis la batterie, vers le fil chauffant situé dans le serpentin. Si vous montez en puissance, plus de vapeur est créée, si vous descendez, moins de vapeur est créée. Il en est de même pour la nicotine, à condition que votre liquide en contienne.

Ainsi, vous pouvez régler l’expérience de la vapeur avec les dispositifs réglables de manière plus individuelle qu’avec les dispositifs régulés. Cependant, vous devez veiller à ne jamais dépasser la puissance maximale d’une bobine.

Cela vaut la peine d’essayer, car selon la puissance, nous changeons l’intensité de la saveur, la quantité de nicotine et la température et la densité de la vapeur.

Quelles sont les différences entre les différentes bobines ?

Ce que l’on remarque au plus tard en regardant de près les différentes bobines, c’est qu’elles diffèrent les unes des autres sur deux points. En règle générale, la résistance, qui s’écrit en ohms et la gamme de puissance recommandée, qui est spécifiée en watts.

La relation avec la résistance lors du vapotage peut en fait être résumée en une seule phrase : “moins, c’est plus.” Donc, moins le fil a de résistance dans la bobine, plus il faut de puissance pour la faire fonctionner. Plus de puissance signifie généralement plus de vapeur.

Le réservoir peut-il fuir ?

En gros, oui. Si vous regardez de plus près votre vaporisateur avec la bobine à l’intérieur, vous verrez qu’en fait, seule la ouate empêche le liquide de fuir hors du réservoir. Malheureusement, il arrive de temps en temps que l’on reçoive une bobine dont la ouate installée est trop faible ou trop fine. Cela s’explique principalement par le fait qu’ils sont produits en grande quantité et que leur qualité n’est donc pas garantie à 100 %. Mais on ne peut pas vraiment généraliser, car il se comporte différemment avec chaque modèle, quelle que soit la marque.

La première contre-mesure consiste à remplacer la bobine. Si cela ne suffit pas, l’étape suivante consiste à examiner de plus près les joints d’étanchéité et à les remplacer si nécessaire.

Manipulation des piles rechargeables

L’utilisation de batteries lithium-ion ne se retrouve pas seulement dans les e-cigarettes, mais aussi dans les ordinateurs portables, les téléphones mobiles, les montres et de nombreux autres appareils électroniques. En général, les batteries lithium-ion sont considérées comme sûres lorsqu’elles sont manipulées correctement. Néanmoins, des dangers peuvent survenir en raison de dommages, de défauts électriques et d’effets thermiques.

Qu’est-ce qui nécessite une attention urgente ?

Si la batterie est endommagée, des substances gazeuses ou liquides peuvent s’échapper, qui peuvent être très irritantes, inflammables ou même toxiques. Si la batterie est ainsi endommagée, elle doit être éliminée immédiatement et de manière professionnelle dans un point de collecte. L’insertion et le retrait fréquents des batteries dans les porte-batteries peuvent entraîner la déchirure de la gaine de protection aux deux extrémités de la batterie. Dans ce cas, la batterie doit également être immédiatement recouverte d’une nouvelle gaine rétractable ou être entièrement remplacée.

Un défaut électrique, par exemple un court-circuit causé par des supports de batterie (mécaniques) non fixés, peut entraîner une surchauffe et un incendie. Là encore, la prudence est de mise, les porte-batteries mécaniques ne doivent être utilisés qu’avec une expertise suffisante.

L’exposition à la lumière du soleil peut entraîner une surchauffe de la batterie. Les batteries et les blocs de batteries ne doivent jamais être laissés dans la voiture ou exposés au soleil pendant de longues périodes lorsque les températures extérieures sont plus élevées.

Les piles ne doivent jamais être transportées sans protection dans une poche de pantalon, un sac à main, car dans le pire des cas, un court-circuit peut être provoqué par d’autres objets métalliques tels qu’un trousseau de clés ou des pièces de monnaie. On vous recommande également de ne transporter les piles que dans des étuis de protection adaptés (étui en silicone, étui à piles).

Différents liquides

Comme vous l’avez probablement remarqué, il y a des liquides en abondance. Mais en quoi diffèrent-ils, à part le goût ?

Les liquides se composent généralement d’une petite quantité d’arôme, de propylène glycol (PG) et de glycérine végétale (VG). Les arômes peuvent être laissés de côté en toute sécurité – l’important est principalement le PG et le VG.

Glycérine végétale (VG)

Le VG peut être comparé au sirop ou à l’huile en termes de consistance. Elle est principalement responsable de la densité de la vapeur – et plutôt épaisse.

Propylène glycol (PG)

Le propylène glycol sert de support d’arôme et de conservateur dans les liquides. Grâce à sa consistance semblable à celle de l’eau, il est beaucoup plus fin que le VG.

Lorsque vous choisissez les liquides, vous devez faire attention à la viscosité, c’est-à-dire au rapport de mélange entre VG et PG, en fonction de votre appareil.

Les rapports de mélange habituels des liquides finis sont les suivants :

– 100VG : convient exclusivement aux vaporisateurs DL

– 80VG / 20PG : exclusivement pour les vaporisateurs DL

– 70VG / 30PG : plus pour DL, fonctionne modérément dans les vaporisateurs MTL

– 60VG / 40PG : fonctionne pour DL

– 50VG / 50PG : fonctionne pour DL

– 30VG / 70PG : recommandé pour MTL seulement

Les arômes utilisés pour les e-liquides proviennent généralement de l’industrie alimentaire et sont donc, d’un point de vue toxicologique, inoffensifs pour la bouche.