Véritable phénomène aux États-Unis, la star des cigarettes électroniques Juul débarque en Europe. Toutefois, elle a créé une controverse à cause de l’utilisation des produits par des mineurs. Voici tout ce que vous devez savoir sur l’entreprise et la vente de ses articles.

Un succès fulgurant

Très rapidement dans le nouveau continent, la société Juul Labs s’est trouvée au sommet du podium. Depuis quelques années, la start-up californienne convoite les vapoteurs français. Elle marque les esprits avec son aspect net, simple et sans défaut.

Dans l’ensemble, cette e-cigarette reflète les valeurs de la Silicon Valley. Ses contours mesurés et perfectionnés renvoient au design des produits si chers à Apple. Les cigarettes électroniques de la marque se révèlent donc élancées et gracieuses. Aux États-Unis, le nombre d’adeptes ne cesse d’augmenter et leur notoriété n’est plus à prouver.

Avec un prix avoisinant les 30 €, un kit prémium est composé d’un dispositif, d’une base de recharge et de quelques e-liquides (les Juulpods). Avec ce tarif très compétitif, il ajoute un argument de poids : la commodité d’utilisation. On retrouve facilement ses produits dans les boutiques de la région parisienne et bien sûr sur le Web et les réseaux sociaux, notamment sur le site officiel de la firme. La société ne vend pas ses appareils aux mineurs comme le stipule la loi. Malheureusement, des appareils contrefaits existent sur divers sites de vente en ligne.

Le but et la tactique de Juul Labs

L’objectif premier du fabricant consiste à aider les fumeurs dans leur sevrage tabagique. La plupart des communications se tournent vers ce leitmotiv sans être prétentieuses. Il présente un substitut de qualité au tabac qui permet de s’écarter plus prestement de la cigarette traditionnelle. Pour cela, il propose un taux accru de nicotine dans ses jus électroniques. Cette approche octroie une parfaite simulation de la sensation que procure le geste de fumer. Ainsi, les gros fumeurs peuvent facilement arrêter de fumer. Toutefois certains spécialistes redoutent que le seuil élevé de nicotine dans les liquides de la cigarette électronique encourage à la dépendance à la marque.

Cependant, Juul Labs a toujours maintenu que ses créations visent en premier lieu les personnes qui sont dépendantes du tabac et les adultes.

Comment se présente le matériel de Juul Labs ?

La cigarette électronique juul, se présente comme un matériel complet. Les pods aux sels de nicotine sont automatiques. Les e-liquides de caractère propriétaire se trouvent confinés dans des cartouches proposant des sécurités antifraudes. La cigarette électronique modifiée marche en contrôle de température, et en effet, si vous prenez quelques bouffées lorsque la cartouche est vide, rien ne se passe. Impossible donc d’avoir un hit sec.

Mais Juul creuse plus profondément dans sa recherche de confort maximal. L’entreprise ne réalise pas de communication sur l’étendue de sa batterie, ni sur la dimension de ses résistances ou sur la capacité générale. Elle affirme que son produit peut durer jusqu’à 200 bouffées, sans ajouter d’autres arguments.

Les marchandises sont mises en vente de deux façons :

– Un pack de base comprenant le boîtier (batterie), le chargeur USB ainsi que le mode d’emploi, mais ne comportant pas de cartouche.

– Un pack « premium » contenant la même chose et une boîte de 4 cartouches de différents goûts

Les cartouches sont vendues par paquet de 4 (parfois 2), et offrent 5 saveurs : Royal Blond, Menthe, Mangue, Pomme et Vanille. En Europe, tous ces produits renferment 20 mg/ml de sels de nicotine.

Juul se présente comme un petit pod à la dimension d’un « stylo » ou de « clé USB », auquel il suffit d’insérer une cartouche pour la mettre en sécurité immédiatement.

La finition d’un pod de la société, en général, est incomplexe et de bonne facture. Le corps se compose d’aluminium anodisé. Ainsi, les cartouches s’emboîtent parfaitement, avec un clic ferme et rassurant. À cet égard, c’est l’un des meilleurs pods actuellement.

Il dispose également d’un autre atout non négligeable. On retrouve un connecteur propriétaire pour la recharge. L’accessoire est moins fragile que celui de ses concurrents. La batterie se charge très rapidement (30 minutes), car elle est petite.

Le chargeur se révèle être une sorte de clé USB, la minuscule e-cig se fixe sur sa base avec un aimant.

Un dérapage à l’américaine

Les laboratoires Juul le répètent sans cesse : leur produit ne convient pas aux individus néophytes ni aux jeunes. En créant des polémiques sur les nouveaux publics cibles, la marque a depuis quelque temps de rectifier le tir en Europe. En effet, avec sa progression fulgurante et sa compagne à outrance sur les réseaux sociaux, elle a accaparé une très grande partie du marché de la cigarette électronique au pays de l’oncle Sam. Cette ascension est une première dans le monde de la vape. Toutefois, sa notoriété a aussi touché les mineurs et notamment les jeunes lycéens. Juul a attiré les jeunes utilisateurs avec son design épuré et ses pods aromatisés. En peu de temps, Juul devint viral, et les mimes sur « Juuling » apparurent un peu partout.

Juul occupe une place de plus en plus importante dans la vie sociale des adolescents. Des chercheurs de Tobacco Control ont constaté que la plupart des publications Instagram liées à Juul renforcent « une caractéristique de l’identité culturelle ou sociale ». Et tandis que Juul dit que ses produits sont commercialisés auprès des fumeurs adultes, une étude publiée par JAMA Pediatrics a révélé que la plupart des abonnés Twitter de Juul sont mineurs. La première présence et la stratégie marketing de Juul sur les réseaux sociaux reviendraient plus tard.

Ce virement de situation a mis en alerte la FDA (Administration des denrées alimentaires et médicamenteuses). Au milieu de l’indignation, cette autorité a lancé une campagne de répression sous couverture des ventes de Juul aux lycéens. Elle l’a qualifiée de « plus grand effort coordonné d’application de la loi » de l’histoire de l’agence et a émis plus de 1 300 lettres d’avertissement et d’amendes aux détaillants pour avoir vendu illégalement des produits aux mineurs. Plus tard en août, l’agence a surpris Juul à son siège pour saisir des milliers de pages de documents, ce qui a révélé que la FDA enquêtait officiellement pour savoir si Juul vendait ses produits aux adolescents…
Aux États-Unis, actuellement, ils ne restent que les saveurs menthol et blond royal. En France, le flou risque de persister. Les saveurs présentées (vanille, menthe, mangue, pomme, blond royal) présentent un intérêt certain pour les adolescents.

Ce qu’il faut retenir

En somme, Juul Labs a créé une e-cigarette star, disposant d’une ascension incroyable. En 2017, il a généré 224 millions de dollars de revenus. Depuis son lancement en juin 2015 avec une fête à New York et une campagne médiatique pour les jeunes, Juul a dominé le marché de l’e-cigarette. Avec son design élégant, les cigarettes électroniques aromatisées de la firme étaient beaucoup plus discrètes qu’une e-cigarette traditionnelle. Mais ce point donna également aux jeunes consommateurs l’opportunité de dissimuler facilement leurs Juuls aux parents et aux enseignants. La sobriété de son utilisation et de son stylisme permet aux fumeurs d’obtenir une solution simple et efficace à ces problèmes de tabac. L’appareil est accessible au grand public avec son prix abordable. Cette situation assure l’augmentation de la demande et l’influence de la marque sur le monde l’e-cigarette.