1-Le Contexte Général

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le tabac est la deuxième cause de mortalité dans le monde. La cigarette est actuellement responsable du décès d’un adulte sur 10 (soit environ 5 millions de morts par an). Si le tabagisme continue sur sa lancée actuelle, il provoquera environ 10 millions de morts par an d’ici à 2020 et la moitié de ceux qui fument aujourd’hui, environ 650 millions de personnes, finiront par en mourir.
Plus précisément, selon l’OMS, le tabac a fait 100 millions de victimes au 20e siècle et il pourrait tuer un milliard d’autres personnes pendant le 21e si les gouvernements ne font rien.

Dans un rapport rendu public, l’OMS demande à tous les pays du monde de renforcer de façon draconienne les mesures mises en place pour empêcher les jeunes de commencer à fumer, pour aider les fumeurs à cesser et pour protéger les non fumeurs de la fumée ambiante.

Les gouvernements de la planète récoltent plus de 200 milliards de dollars annuellement en taxes prélevés sur le tabac, mais ils dépensent globalement suivant les pays, moins de 1 pour cent de cette somme en efforts et mesures de prévention.

2-L’efficacité des méthodes de sevrage tabagiques

La dépendance à la cigarette caractérisée par l’addiction à la nicotine et la gestuelle, est considérée comme installée dès qu’un fumeur fume quotidiennement.

Plusieurs façons de procéder sont envisageables pour s’affranchir du tabagisme considéré ici comme un comportement de dépendance et non comme une maladie. Certaines méthodes qui aident à arrêter de fumer sont difficilement évaluables scientifiquement suivant les critères rigoureux de la biomédecine et peuvent être recommandées par professionnels de santé : leur efficacité reste inférieure à 15 %, toutes méthodes confondues.

Ce chiffre reste modeste parce que ce qui manque au fumeur volontaire à l’arrêt de la cigarette, c’est la nicotine et le geste.

3- La nicotine

Le rapport du Docteur M. Laugesen, Directeur du Centre de recherche sur la santé en Nouvelle Zélande fait état de l’analyse suivante, je cite « Les fumeurs ne meurent pas de la nicotine qui est composée principalement de glucides, de protéines et d’acides organiques. Les fumeurs de cigarettes meurent de la combustion de la cigarette, donc de la nicotine consumée et des substances cancérigènes dont principalement le goudron qui se colle aux parois des poumons. »

4- L’avènement de la cigarette électronique

Jusqu’à présent, la seule façon d’inhaler de la nicotine était de fumer une cigarette, l’invention de la cigarette électronique est sur le point de changer cela. En comparaison avec les méthodes de sevrage tabagique à base de nicotine officiellement reconnues comme le patch par exemple, la cigarette électronique, non reconnue actuellement par l’Afssaps (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé), s’avère plus efficace du fait que l’inhalation par l’intermédiaire d’une cigarette est la méthode la plus rapide pour l’absorption de nicotine naturelle sans combustion, l’absorption par cette voie est de 99%, avec la possibilité de diminuer progressivement la teneur en nicotine jusqu’à zéro, tout comme le patch mais avec la fumée en plus (enfin la vapeur d’eau en plus). Mais l’avenir de la cigarette électronique est dans le geste ! Les fumeurs ou anciens fumeurs de cigarettes le savent bien.